Cet ami qui nous veut du bien:

Combien d’entre nous sommes en guerre contre notre propre corps ?

Combien portons des jugements négatifs sur notre corps? Nous le trouvons souvent trop gros, parfois trop maigre, trop flasque. Nos cheveux sont trop comme-ci et pas assez comme-ça. Nos jambes pas assez musclées.

Notre corps reçoit l’assaut de tous les jugements que nous portons sur nous-même, en permanence.

Et pourtant

Pourtant, c’est grâce à lui que nous vivons notre expérience humaine. Grâce à lui que ceux d'entre nous qui avons la chance de voir, nous voyons le soleil se lever, nous observons le visage des Êtres aimés.

Grâce à lui qui ne sentons l’odeur de la pluie d’été, de ce bon plat qui mijote.

Grâce à lui que nous nous déplaçons, que nous faisons du sport.

Grâce à lui que nous entendons la voix de nos enfants, nos parents, le chant des oiseaux.

Grâce à lui que nous sentons le souffle du vent, la caresse d’une main.

Notre corps nous permet de vivre pleinement notre expérience. Il nous accompagne tout au long de notre vie, nous permet de vivre des expériences extraordinaires mais aussi d’avancer chaque jour.

Alors si nous le considérions autrement ? Si nous apprenions à l’écouter ? A prendre en compte ses messages, à être attentif à ses signaux ?

Si nous considérions que c’est un de nos outils les plus précieux pour réaliser la vie que nous souhaitons avoir

Si nous reconnections ?

Comment faire ? Il nous faut réapprendre à le connaitre…à écouter.

Voici quelques petits exercices concrets qui aident à se reconnecter à notre corps et renouer avec lui, une belle relation.

Le matin : nous pouvons prendre quelques minutes, encore allongé.e.s, les mains sur le ventre et porter notre attention sur notre respiration…essayer d’inspirer sur 5 temps, retenir le souffle sur 2 temps, expirer sur 5 temps et retenir le souffle sur 2 temps puis recommencer. Nous pouvons renouveler ce cycle 21 fois, mais une ou deux minutes sont déjà un beau début de reconnexion.

Un geste que je trouve assez puissant aussi est de remercier notre corps. En nous levant, nous pouvons scanner notre corps mentalement ou réellement par de légers massages ou en nous effleurant de la plante des pieds vers la tête en remerciant chaque partie de notre corps d’aider l’ensemble à fonctionner. Nous pouvons remercier certaines parties pour leur force, d’autre pour cette qualité que nous aimons. Nous pouvons terminer par un léger massage du crâne, c’est un moyen délicieux de commencer la journée !

Ensuite, nous pouvons essayer de nous connecter pour savoir si nous avons vraiment faim : à chaque moment de « temps de repas social », c’est-à-dire à ces heures où il est communément admis que c’est l’heure de manger : nous pouvons nous interroger pour savoir si nous avons vraiment faim et si oui, de quoi avons-nous faim ?

Nous pouvons décider d’y répondre : nous sommes libres de manger ce que notre corps réclame au moment où il le réclame et pas ce que la société ou les « règles » alimentaires nous dictent…essayons, testons, expérimentons pour voir comment notre corps réagit.

Avons-nous vraiment envie d’un café ?

Cet hiver, j’ai par exemple passé une période où je ressentais vraiment que je ne pouvais pas commencer la journée en avalant du marron : pas de café pour moi donc. Je ressentais que je ne pouvais pas, pendant cette période, j’avais besoin de couleur, j’ai donc mangé des oranges et des kiwis et bu du rooibos, en fonction de mes envies quotidiennes.

Nous pouvons essayer de manger salé au petit déjeuner, puis très léger le soir ou tout autre chose, en fonction de ce que le corps nous dit…

Je vous invite à prendre quelques minutes avant de préparer votre repas pour vous assoir, ou rester debout les pieds légèrement écartés, fermez les yeux, prenez 3 respirations calmes et demandez vous de quoi votre corps a envie…et essayez de répondre à cette demande. Puis observez comment votre corps réagit ensuite : votre confort digestif, votre niveau d’énergie…

Petit à petit, nous pouvons ainsi développer une meilleure connexion avec les besoins de notre corps.

A plusieurs moments dans la journée, nous pouvons prendre le temps de faire une pause pendant quelques minutes et nous demander ce qu’il se passe là, maintenant, dans notre corps. Certains recommandent cette introspection une fois par heure, nous pouvons commencer par une fois par demi-journée.

Ressentez-vous des tensions ? Où sont-elles situées ? Quelles pensées vous viennent quand vous identifiez ces tensions ? Les attribuez-vous à ce que vous vivez au moment même où à des pensées sur un sujet différent ? Pouvez-vous les faire évoluer en bougeant un peu ? faisant quelques pas ? Calmant votre respiration ?