Je suis en vie: MERCI moi-même

Il y a des moments dans la vie où tout nous paraît noir, impossible. Des moments où nous avons l’impression d’être pris.e dans un piège dont nous ne sortirons jamais. Où nous ne voyons aucune issue, où nous nous sentons incapable, vraiment incapable. Incapable de changer le moindre de nos comportements, incapable de faire évoluer notre situation. Nous pouvons penser des choses extrêmes sur nous-même : nous sentir une merde incapable. Avoir l’impression que nous n’y arriverons jamais.

Honnêtement, je sais ce que c’est, j’ai déjà été là. Au fond du trou comme on dit...au fond du fond.

Et dans cette période de confinement que nous vivons, comme nous sommes confronté.e.s de manière assez intense à nous même, nous pouvons être plongé.e.s dans ce genre de pensées, et d'émotions...tout est normal, encore une fois, la situation est inédite, et notre cerveau humain fait son job de chercher le danger...mais ce n'est pas une raison pour lui laisser la bride sur le coup!

Dans ces moments là, on peut voir très clairement tous les mécanismes qu’on a mis en place pour éviter nos problèmes ou éviter de regarder la vérité en face...on peut voir qu’on a des comportements compulsifs incontrôlables : qu’on mange trop et sans faim, qu’on boit tous les jours, qu’on passe nos nuits à épier Pierre ou Jacqueline sur les réseaux sociaux, qu’on joue à des jeux d’argent sans être capables de s’arrêter ou qu’on noie notre ennui dans de nouvelles rencontres. On se sent drogué...et quelque part, nous le sommes.

Nous nous anesthésions pour ne pas ressentir nos émotions, ou une émotion en particulier.

Et j’ai une merveilleuse nouvelle pour vous : on s’en sort ! Quelque soit l’abîme dans laquelle vous vous sentez ou vous êtes senti, on en ressort.

Et la première étape que j’ai envie de vous proposer est de réaliser que nous sommes encore en vie. Nous sommes là, aujourd’hui...et c’est merveilleux. Parce que tous les mécanismes que nous blâmons, que nous détestons, toutes ces addictions dont nous voulons absolument nous débarrasser nous ont permis de survivre, de vivre jusqu’à aujourd’hui….et ce n’est pas rien.

Il existe de nombreux outils pour nous aider à remonter la pente, à sortir du trou. Tous ces outils nous proposent, globalement, de nous reconnecter à nos émotions, à la personne que nous sommes au fond, celle que nous avons fait taire toutes ces années…

Je me joins à un courant de pratiques qui pensent qu’il n’est pas nécessaire de revisiter les traumas passés pour évoluer...En revanche, nous pouvons choisir le regard que nous souhaitons porter sur ce passé.

Aujourd’hui, je vous propose de prendre un moment pour regarder votre vie, pour voir où vous en êtes. N’hésitez pas à écrire sur du papier pour vraiment imprégner cela en vous.

Observez que vous êtes en vie.

Observez que vous avez traversé des épreuves : lesquelles ?

Observez votre situation professionnelle : vous êtes arrivé.e. là.

Observez vos réalisations sportives : quelles sont-elles ?

Observez vos amitiés, vos relations amoureuses : qui constitue votre cercle ? (a) fait battre votre cœur ?

En écrivant ça, j’imagine que potentiellement vous pouvez décider de voir que tout ça ne fonctionne pas…

Mais regardez bien : vous êtes là, aujourd’hui...en vie.

Si vous en êtes ici aujourd’hui, c’est que vous avez la force et la détermination de continuer.

C’est que nous y arrivons. Certes, c’est un peu chaotique, totalement imparfait, mais nous avançons.

Si vous lisez ces mots, il y a même des chances que vous ayez bien réussi dans un ou plusieurs domaines de votre vie, que ce soit votre vie familiale, professionnelle, amoureuse, financière ou spirituelle. Vous excellez peut-être même dans un domaine.

Cela n’empêche peut-être pas l’abîme intérieure, je sais.

Pour sortir de cette abîme, vous trouverez les outils qui vous permettront de continuer. Ils apparaîtront sur votre chemin quand ce sera le bon moment pour vous. Quand vous serez prêt.e à les accueillir et à les utiliser. Et si vous lisez ces mots, c’est que ce moment est sûrement là.