Méditer pour être plus présent.e

Nous avons tous ces moments où nous avons l’impression de crouler sous nos pensées, que notre cerveau ne s’arrête jamais de fonctionner, même en dormant ; ces moments où nous nous sentons devenir une cocotte minute...ça vous rappelle quelque chose ?

Dans ces moments-là, nous rêverions de pouvoir tirer sur la prise d’alimentation : débrancher littéralement…


Un des outils qui m’est le plus utile dans ces moments-là, et qui me permet de moins les ressentir justement, est la méditation. Et c’est de ça dont je vous parle aujourd’hui.

Alors, oui, la méditation est un des nombreux sujets à la mode...son efficacité n’en est pas moins réelle et si la mode nous incite à prendre soin de nous et retrouver le calme intérieur, tant mieux !

Je ne me pose pas ici en spécialiste de la méditation, mais me propose de vous guider vers cet univers s’il ne vous est pas familier...Je vous propose aussi, en fin d’article, de vous y mettre en douceur, en étant accompagné.


La méditation est de plus en plus étudiée scientifiquement, et la puissance de ces bienfaits n’est plus à prouver. Parmi les nombreux résultats : l’étude de méditants sous IRM a montré une activation de la zone du cortex préfrontal gauche lors de la méditation, zone siège de l’activité électrique lorsque nous avons des pensées positives. Ainsi, la pratique régulière de la méditation permettrait de développer notre capacité à avoir plus de pensées positives.

La recherche montre aussi que la méditation améliore : le système immunitaire, le sommeil, l’oxygénation de nos tissus et la production d’hormones anti-âge. Méditer permet aussi de diminuer : la pression artérielle et donc l’hypertension, les insomnies, le cholestérol, l’anxiété et la dépression.


Comme ça fonctionne ?

La méditation nous invite tout simplement au silence, au calme. Il s’agit de s’asseoir donc d’offrir à son corps de l’immobilité choisie et d’observer ce qu’il se passe, sans bouger.

Une forme de méditation dite de pleine conscience et diffusée et France par Christophe ANDRE, est de s’asseoir dans le silence et de porter sa conscience sur sa respiration, sans chercher à la modifier...Puis, agrandir notre conscience et la porter sur les sons, une fois encore, sans les juger, en les accueillants. Puis, nous agrandissons encore notre conscience et la portons sur notre corps, nous pouvons effectuer un scan corporel : c’est à dire porter notre attention sur différentes parties de notre corps, puis sur notre corps dans sa globalité. Ainsi nous sommes conscient.e.s à la fois de notre respiration, notre environnement sonore et notre corps. L’idée derrière tout ça est un peu de se dire « j’accepte tout ce qui est présent, je ne peux rien changer et je n’ai besoin de rien ».


Rester assis dans le silence et le non jugement est, au départ un sacré défi...et notre mental de manquera pas de s’échapper vers de pensées plus urgentes...dans ces cas là, il s’agit simplement d’observer nos pensées, comme nous pouvons observer le paysage depuis un train, sans jugement, sans attachement, puis replacer notre conscience sur notre respiration, les sons, notre corps.


Il existe plusieurs formes de méditations dont (et cette liste est loin d’être exhaustive):

  • La méditation de pleine conscience qui ressemble à ce que je viens de vous décrire

  • La méditation sur son, où nous nous répétons un mantra

  • La méditation vipassana où il s’agit de se concentrer sur le flux d’air qui entre dans notre corps en en sort en le ressentant sur notre lèvre supérieure.

  • La méditation de gratitude : cette forme de méditation où nous envoyons des pensées de gratitude vers les gens que nous aimons, nous-même, puis les gens que nous aimons moins et l’univers entier est une forme très puissante de reconnexion aux émotions d’amour et de gratitude.


Comment pratiquer ?

Comme dans chaque nouvelle pratique ou activité, c’est la constance de notre pratique qui nous permet de mesurer les effets de cette nouvelle habitude.

Soir ou matin, à chacun de choisir le moment qui lui est le plus bénéfique, et les deux si vous êtes motivés ! Il me semble que le matin permet de se connecter au présent de la journée qui nous attends, et le soir d’apaiser notre esprit de la journée passée…

Comme à chaque fois que nous mettons en place une nouvelle habitude : commençons petit pour que notre engagement soir facile à honorer. Si les études disent que les effets bénéfiques apparaissent à partir de 20 minutes par jour, s’asseoir 5 minutes en silence, peut être un très bon début...

Mes conseils personnels, sont de noter dans votre agenda le moment où vous aller méditer, et de le noter chaque jour...Il est possible que vous ayez à vous lever 10 minutes plut tôt le matin pour avoir ce créneau de